FLASH

Les titres de l’actualité sur Vision 2000

actualite

Les 5 membres du CSPJ ayant voté en faveur du remplacement de Marie Carole Floréal Duclervil au CEP restent accrochés à cette décision en dépit du fait que le président du conseil maitre Anel Alexis Joseph ait décidé unilatéralement d’annuler le vote. Il ne reste maintenant qu’à désigner le remplaçant de madame Duclervil, exige maitre Jacques Létang qui s’exprimait au nom de ses pairs.

La décision de maitre Anel Alexis Joseph d’annuler de manière unilatérale les résultats du vote concernant le remplacement de Marie Carole Floréal Duclervil au CEP est inacceptable de l’avis de Pierre Espérance du RNDDH. La preuve selon lui que la président du CSPJ agit sous la dictée de l’exécutif qui tient à tout prix à avoir le contrôle du CEP, selon le défenseur des droits humains.

Même réaction de la part du bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince pour qui l’attitude de maitre Anel Alexis Joseph est condamnable. Estimant que cela risque d’envenimer la crise préélectorale, maitre Carlos Hercule souligne que le président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire n’est investi d’aucun pouvoir pour annuler une décision prise par la majorité des membres du conseil.

Pour sa part, le professeur Rosny Desroches de l’initiative de la société civile tout aussi choqué par l’attitude du président du CSPJ, demande au président Michel Martelly d’intervenir auprès de maitre Alexis Joseph sur qui il exerce une grande influence, pour l’encourager à respecter les résultats du vote du 11 juin dernier.

Harry Marsant, membre de la commission de suivi de l’accord d’el rancho dit ne douter aucunement de l’implication de l’exécutif dans la décision de maitre Anel Alexis Joseph. Le dirigeant de l’OPL y voit la preuve vivante de la volonté du président Michel Martelly de ne pas organiser des élections dans le pays.

Le premier secrétaire du bureau de la chambre basse confirme que la conseillère électorale Marie Clunie Dumay Miracle a bel et bien été remplacée au CEP par Max Mathurin. Une correspondance a été acheminée en ce sens hier jeudi au président Michel Martelly par les présidents des deux bureaux du parlement, a indiqué le député Abel Descollines.

Installation ce matin de Bénito Dumay comme nouveau directeur général de la direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement, DINEPA. Il remplace à ce poste, l’ingénieur Lionel Joseph Duvelsaint qui avait démissionné au début de ce mois. Le nouveau DG de la DINEPA a pris l’engagement de tout faire pour permettre à l’institution de bien remplir sa mission.

 

One Comment

  1. Blanco dit :

    Ou est passé le  »Core Group’, le supporteur aveugle de Marthelly. Peut-on parler de l’Indépendance du Pouvoir Judiciaire. Si rien n’est fait, pour stopper Monsieur Marthelly, Monsieur Canton et le  »Core Group » dans leur aveuglement, la crise qui résultera dans la réalisation de ses élections dans ses conditions là, ou la non tenue de ces dernières sera pire que celle connut par le Pays dans les années 2000 à 2004. Que la communauté Internationale prenne position pour Haïti mais non pour défendre un homme ou un groupe de personnes qui n’ont aucune attache avec la pays. Il est temps que les pays soit disant amis d’Haïti cessent leur hypocrisie à l’endroit du Peuple Haitien. Qui ne serappelle pas, des pressions du Gouvernement de Préval et de la Communauté Internationale pour le vote de la loi d’Urgence et de la CIRH, alors que beaucoup de secteurs vitaux de la vie nationale avvaient dénoncé ces initiatives. Les supporteurs de cette loi disaient si cette loi n’est pas voté, Haiti va perdre des avantages énormes pour la reconstruction du pays. Sous pressions internes et externes cette loi est votée ainsi que la CIRH, mais quatre ans après qu’est ce qui a changé au pays. Cette même situation prévalait avant les élections de 2010, tout le monde invitait Monsieur Préval à la table de négociation pour la récomposition du CEP d’alors ayant à sa tête Gaillot Dorsainville, Monsieur Préval ne voulait pas entendre raison sous prétexte qu’il avait l’appui des blancs pour la réalisation des élections, le contrôle du CEP, l’argent de l’Etat pour mener campagne pour son groupe. Il pensait pouvoir gagner les élections haut la main, mais c’était bien  »Konte mal kalkile ». Tous les <> se sont abtenus de participer aux élections, Monsieur Préval et le blanc Mannan Mulet ont dit  »Adelante ». Les forces vives du pays avaient prévenu le Président Préval que ces élections vont aggraver la crise, il n’avait pas entendu les nationaux. Résultat, le blanc a imposé Michel Marthelly, epi kriz pi rèd. Le même scénario se déssine devant nous: les mêmes causes produisent les mêmes effets.
    Mon plus grand problème aujourd’hui, c’est la complaisance de la presse à l’égard de Inité, Lavalas. Ces hommes et femmes de Inite et de Lavalas sont très critiques envers le pouvoir actuel tandis que ce sont eux qui ont préparé la route à Marthely et ce dernier est un bon élève, il suit à la lettre les mêmes méthodes de Monsieur Préval. Ce qui fait la défférence entre les deux, c’est que le premier agit sans parler tandis que l’autre agit en même temps qu’il parle beaucoup et même trop.
    En définitive ni Inite ni Tet Kale ont le même patron: La communauté Internationale. D’ailleurs ce sont les latino qui ont permis à Preval d’accéder au pouvoir à 48% des voix tandis qu’il aurait besoin 50% + 1. Cette crise pré electorale n’est autre que le résultat du faux amendement constitutionnel imposé par le blanc de connivence avec une soit disante société civile qui ne défend que ses propres intérêts et ceux du blanc:  »kote dlo a koule pi fre, se la ou li ye ». Il est grand temps qu’on ait en Haïti des hommes et des femmes qui défendent des principes mais non des politiciens qui se positionnent au gré des circonstances.
    Que Lavalas, Fusion, OPL, KID, PNDPH, RDNP, INITE, les macoutes, les Duvaliéristes, Tet Kale, le secteur dit démocratique, la soit disante Société Civile, le groupe dit 184, l’Eglise catholique, viennent par devant le peuple pour demander pardon pour les torts et dommages causés aux fils et filles du Pays et dans un élan patriotique on engage une vaste campagne de réconciliation nationale basée sur la justice. Car il est impossible d’avoir réconciliation sans justice et reconnaissance des torts et une prise de concience de la part desw bourreaux. Même Dieu pour réconcilier le monde avec lui a fait tomber sur le Christ le chatiment qui produit la paix: car la justice élève une nation et si l’on fait grâce au méchant il n’apprend pas la justice.

    Reflexion d’un patriote

    Répondre

Laissez un commentaire

by PCRMEDIA - Webmaster: Luckner MERCIER