FLASH

Haïti/Économie: Présentation du projet de loi de finances 2012-2013 au secteur des affaires en Haïti…

Monnaies haïtiennes
Le Ministère du Commerce et de l’Industrie a présenté à l’hôtel Montana aux représentants du secteur des affaires en Haïti, le projet de loi de finances 2012-2013, sous le haut patronage du Group Croissance et sous la demande du Ministère de l’économie et des finances dont le numéro 1 est absent.
Il faut dire que le montant du budget du prochain exercice s’élève à environ 131 milliards de gourdes contre 121 milliards pour l’exercice précédent. L’économiste Wilson Laleau, Ministre du commerce et de l’industrie, représentait Mme Carmelle Jean-Marie, la Ministre  de l’économie et des finances qui fait partie de la délégation haïtienne qui se trouve à Washington au Fonds Monétaire International (FMI) cette semaine.

Le financement du projet de budget pour le prochain exercice proviendra  de diverses sources  réparties comme suit : recettes propres de l’État (40%), dons et projets (32%), Fonds PetroCaribe (15%), autres ressources (6%), bonds du Trésor (4%) et appui budgétaire (3%).

Selon le Ministre du commerce, la structure de financements de ce projet de budget marque une rupture avec le passé puisque pour la première fois, le budget sera davantage financé par les ressources propres de l’État que par l’aide internationale, comme l’ont constaté plusieurs économistes.

Cette présentation du budget à l’hôtel Montana avait pour objectif de permettre au secteur privé de mieux cerner les principales priorités budgétaires du gouvernement Martelly-Lamothe et les aider à se positionner stratégiquement dans leurs activités, au cours du prochain exercice fiscal.

Dans ce nouveau budget pour le prochain exercice, le gouvernement table sur des prévisions de recettes fiscales s’élevant à 52.2 milliard de gourdes. Certains économistes haïtiens ont souligné déjà que le secteur privé commence à se plaindre de ce qu’il sera surtaxé par les autorités pour atteindre  cet objectif de 52 milliards de recettes prévues.

Plusieurs secteurs réclament des parts beaucoup plus importantes du budget, mais selon le ministre du commerce, l’économiste Wilson Laleau, si nous voulons que le budget augmente, il faut que nous augmentions également la capacité de production de l’économie.
Il faut rappeler qu’à travers ce budget, que  le gouvernement table sur un taux de croissance de 6.9% pour l’année 2013, soit une augmentation d’environ 25% par rapport au taux anticipé par le FMI pour 2012, et sur un taux d’inflation qui devrait atteindre les 6.5%.
Des perspectives très ambitieuses  qui demande des efforts considérables pour améliorer le climat des affaires en Haïti, renforcer les institutions publiques et exploiter les grandes potentialités de l’économie haïtienne toujours en veilleuse notamment dans tous les secteurs porteurs de l’économie.
 Il ne faut pas oublier aussi un aspect hypothétique du budget, selon certains analystes, qui concerne l’accord Petro-Caribe, un accord branlant qui dépend étroitement de la santé du leader vénézuélien Hugo Chavez et du résultat des prochaines élections au Venezuela.
Toute évolution négative de la santé de M. Chavez ou son échec à ces futures élections risque de compromettre, dans une certaine mesure, l’ambition centrale légitime de ce budget qui est de dépendre moins de la communauté internationale.  Une évolution dans ce sens pourrait faire passer la dépendance du budget de l’international de 45% à 60% soit au fond la même situation que dans le passé.  Aspect à ne pas sous-estimer……
Riphard Serent
Vision 2000

One Comment

  1. Iranord Démétréus dit :

    M. le Premier Ministre ,Laurent Lamothe, tous mes compliments et mes félicitations pour votre détermination au développement de notre Pays. Votre gouvernement pronne la protection de l’environnement comme l’un des grands axes du président Joseph michel Martelly, ce bien. PM ,pour qu’il y ait mobilisation de la production nationale ,il faut traivaller d’abord pour le reboisement de nos mornes désertiques. Dès lors, les paysans pourraient trouver leurs pains quotidiens sans laisser la campagne pour aller leurs chercher dans les grandes Villes particullièrement la République de Port-au-Prince.
    Pour le faire, il faut repenser sur le Montant Alloué au Crédit du Ministère de l’Environnement qui est de Huit Cent Quatre Vingt Neuf Million(889,000,000.00) de Gourdes . Chers Dirigeants, si vous arrivez à résoudre le problème du reboisement, dans 5 à 10 ans ,vous serez le premier depuis après Duvalier avec la politique de l’agence Foretier et la protection de l’environnement. Merci!

    Répondre

Laissez un commentaire

by PCRMEDIA - Webmaster: Luckner MERCIER